Nicole MORGAN

Nicole MORGAN

Tous les 15 jours TV SOL vous présente des informations solidaires.

Présentation : Nicole Morgan - Réalisation : Bernard Berthuit

mardi, 27 mai 2014 08:42

Une idée du management

Une autre manière de manager le personnel. Témoignage de Anne Lazzari, directrice de l'hôtel du Père Léon à Toulouse.

Interview de Nicole Morgan et réalisation Bernard Berthuit

mercredi, 07 mai 2014 10:47

Cultures du Cœur

Rencontre avec l'association "culture du cœur" dont l'objet principal est d'ouvrir à des personnes en difficultés la possibilité d'accéder aux cultures.

Reportage :  Bernard Berthuit, Nicole Morgan

Tous les 15 jours TV SOL vous présente des informations solidaires.

Présentation : Nicole Morgan - Réalisation : Bernard Berthuit

Un maillage pluriculturel autour de projections de films et de vidéos, de performances et de photos, laissant également place à l’expérimental, tel est l’état d’esprit de cette 17 ème édition, résolument ancrée dans un partage international. Pour cette rencontre 2014 les artistes s’emparent de la question du « Processus »… Processus d’écriture, de création, ils interrogent le « en train de se faire » mais aussi les processus de réception de l’œuvre par le spectateur, et ses sensations vécues.

Voir le programme sur http://traverse-video.org/

TV Sol est partenaire de l'événement

Reportage: Bernard Berthuit, Robert Roig, Nicole Morgan

dimanche, 26 janvier 2014 18:32

Le Book-Eco d'Objectif News

Lancement du Book-Eco par Objectif News destiné aux entreprises de Midi-Pyrénées.

Reportage : Hamid Derkaoui et Nicole Morgan

Le Brexit pose un certain nombre de questions sur la pérennité de l’Europe et bien sûr, dans l’immédiat, sur son mode de fonctionnement.

C’est en filigrane ce que propose l’un des bâtisseurs de l’Europe, Valéry Giscard D’Estaing, dans on ouvrage paru en 2014 et intitulé Europa, la dernière chance de l’Europe, lequel  a reçu le prix du Livre d’Economie. Le projet Europa dresse un constat objectif sur les failles européennes et apporte des réponses au profond malaise concernant le fonctionnement des institutions, l’absence de résultats durant ces huit dernières années de crise, dénonce le lobby européen de Bruxelles pour l’élargissement de l’Europe qui rend le système de plus en plus ingouvernable, le fragilise et qui en accentue les disparités culturelles, stimule le retour aux préférences nationales et impacte gravement notre société. Valery Giscard d’Estaing y défend notamment l’option d’une Fédération d’Etats-nations qui regrouperait, dans un premier temps, 12 pays. Force est de constater que le malaise européen est de plus en plus sensible et qu’il faut assurément revoir la copie en tenant davantage compte de la souffrance exprimée par les peuples.

Lorsque les mots traduisent les maux

Si l’on observe les réactions, si l’on tend l’oreille d’un point de vue citoyen, il règne à l’évidence une confusion dans les esprits quant aux motifs du rejet européen et si l’on y regarde de plus près, la plupart des britanniques ne sont pas contre l’Europe mais contre une certaine conception de l’Europe, laquelle semble avoir bien dérivé de ses intentions premières....lire la suite

Nicole Morgan

Un article de notre partenaire L'ESSentiel

Un article de notre partenaire L'ESSentiel

Les voyages forment la jeunesse dit-on, mais ils façonnent également l’esprit à tout âge, l’enrichissent, pour peu que le voyage planifié prenne la forme d’une aventure humaine et ne soit plus uniquement centré sur la simple quête de dépaysement sans but réel ou d’aventure exclusivement guidée par une rupture momentanée avec le quotidien et la routine.  Choisir un voyage synonyme d’engagement relève d’une toute autre motivation. Un tel voyage ouvre les portes d’apprentissages extraordinaires et offre un bain d’immersion sans égal au cœur de cultures que nous n’appréhenderions pas de la même manière en nous bornant aux circuits touristiques traditionnels très carte postale et faussement idylliques.

Benin1N’est-ce pas cette découverte de l’inconnu attisée par l’authenticité des rencontres, les confrontations avec nous même, la mise à l’épreuve de nos idéaux, de nos perceptions et de nos propres défis qui nous transporte au fond ? Notre quête n’est-elle pas guidée par un besoin de bienveillance, maillée de petits bonheurs simples, tissée de partages en lien avec ces contrées lointaines, quitte à oublier le confort facile d’un hôtel au profit de la magie de l’instant et des liens qui se nouent immanquablement ?

Si telle est votre vision du monde, Double sens est faite pour vous. Cette agence spécialiste des voyages solidaires donne du sens à vos projets d’échappées lointaines et propose de vivre l’aventure aux quatre coins de la planète, sous forme d’escapades uniques, pour des expériences tout aussi uniques, faites de brassages culturels hors du commun, d’échanges et de solidarité. De quoi illuminer votre espace mental et votre mémoire comme le font magnifiquement les constellations de la voie lactée.

Lire l'article

Le 34ème Président des Etats-Unis Dwight D. Eisenhower disait déjà en son temps «Pour sauver l’économie, il faut acheter, acheter n’importe quoi»… certes nos actes de consommation sont des moteurs de l’économie, mais ne sommes-nous pas devenus les instruments indirects des dérives de notre société de consommation via l’obsolescence programmée ? Le Centre Européen de la Consommation nous alerte.Capture decran 2015 10 20 a 15.54.57

Votre imprimante vous lâche au bout d’un an, votre téléviseur tombe en panne après 4 ou 5 ans d’utilisation, votre four perd certaines fonctions, votre machine à laver refuse subitement de se mettre en route, à moins que les défaillances ne touchent votre téléphone portable ou votre ordinateur… Qui n’a pas expérimenté ce désagrément, sans forcément en connaître son origine et ses conséquences ? Il semblerait, en effet, que nos appareils usagers soient de moins en moins durables. Dans les années 80, un frigidaire avait une durée minimale de vie de 15 ans voire bien plus,  une voiture semblait montrer plus de robustesse, idem pour nos petits appareils ménagers, mais aujourd’hui ce temps semble révolu. Est-ce le fruit de la fatalité ou obéissent-ils, comme la plupart de nos biens de consommation, à une programmation volontaire de leur durée de vie afin de nous obliger à consommer davantage !

 

Mais qu’est-ce que l’obsolescence programmée ?

Reportons-nous à la définition de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) : "la notion d’obsolescence programmée dénonce un stratagème par lequel un bien verrait sa durée normative sciemment réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée d’usage pour des raisons de modèle économique. Ces techniques peuvent notamment inclure l’introduction volontaire d’une défectuosité, d’une fragilité, d’un arrêt programmé, d’une limitation technique, d’une impossibilité de réparer ou d’une non-compatibilité logicielle"

Le critère déterminant dans une obsolescence programmée, c’est la durée de vie du produit. Comme l’indique, dans son étude, le Centre Européen de la Consommation, il s’agit "de prévoir à l’avance la durée de vie du bien : Il s’agit "de programmer, de planifier délibérément et volontairement la durée de vie du produit et donc sa mort. Bien qu’il soit à l’heure actuelle impossible pour les ingénieurs de fixer dès la conception du produit la date précise à laquelle un appareil tombera en panne, sans pouvoir être réparé, l’obsolescence est définie par la possibilité de fixer la durée de vie d’un produit."

Savez-vous qu’il existe plusieurs types d’obsolescences, à commencer par la plus répandue : l’obsolescence technique ou technologique et ses sous-catégories telles que l’obsolescence par défaut fonctionnel qui consiste à avancer la fin de vie d’un appareil. Ainsi si une seule et unique pièce de l’appareil tombe en panne c’est l’appareil tout entier qui cesse de fonctionner (elle concerne essentiellement les produits électriques ou électroniques comme les téléviseurs , les téléphones portables, les machines à laver ou encore les ordinateurs), mais il existe également l’obsolescence par incompatibilité qui, elle, vise à rendre inutile un produit en le rendant incompatible avec les versions ultérieures ou même celles d’un concurrent (C’est le cas des logiciels), puis il y a l’obsolescence indirecte, la plus extrême car son application rend les produits obsolètes alors qu’ils sont encore fonctionnels et enfin il existe une obsolescence par notification, proche de l’obsolescence indirecte, mais qui consiste : «à concevoir un produit de sorte qu’il puisse signaler à l’utilisateur qu’il est nécessaire de réparer ou de remplacer, en tout ou en partie, l’appareil» . Les imprimantes sont particulièrement touchées par ce type d’obsolescence  (c’est le cas de l’imprimante qui rend obsolète les cartouches d’encre).

Auteur : Nicole Morgan

Quoi de plus fort et de plus symbolique qu’un hymne. Certains sont de vrais chants guerriers, d'autres évoquent la paix ou rendent un hommage à leur souverain. Nombre d’entre eux se sont imposés lors de révolutions ou de luttes d’indépendance, de quoi exalter le sentiment d’appartenance à une nation. Ils sont éléments de l'identité collective, un appel à la mémoire pour ne rien oublier de la désintégration d’un peuple, des conflits sanglants, des souffrances, des luttes, des sacrifices, des plaies béantes qu’il a fallu apprendre à cicatriser. Souvent considérés comme des œuvres musicales mineures ils savent pourtant et mieux que quiconque ranimer la flamme intérieure, exhorter au souvenir et faire renaître le sentiment de fierté.

Page 1 sur 2