RNMA - situation des associations en France - Communiqué de presse "Lettre ouverte au Président de la République"

Le 19 septembre

Catégorie : Social

Suite au Conseil des Ministres du 6 septembre, le RNMA, Réseau National des Maisons des Associations a interpellé le Président de la République et le Premier Ministre afin d'alerter le Chef de l'Etat et son Gouvernement sur les conséquences de ces annonces inquiétantes pour le secteur associatif.

Ci-dessous le communiqué :

Dans la série des sombres nouvelles de la rentrée pour les associations, on continue avec l'emploi à 5.58 € net de l’heure dans le secteur non marchand. L'exploitation de notre jeunesse par les acteurs associatifs nous est proposée et nous la refusons fermement.
En réaction au courrier envoyé le 6 septembre aux Préfets par Madame PENICAUD, Ministre du Travail, Messieurs MEZARD et BLANQUER respectivement Ministre de la Cohésion des Territoires et Ministre de l’Education Nationale, le Réseau National des Maisons des Associations (RNMA) dénonce la volonté de recourir au dispositif du Service Civique pour faire face à la sous budgétisation des contrats aidés.
Le RNMA s’insurge devant cette confusion intolérable et refuse la conséquence de la mise en œuvre d’une telle préconisation, qui reviendrait ni plus ni moins à créer un SMIC horaire au rabais pour les jeunes de 16 à 25 ans.
Le service civique est là pour structurer le rapport des jeunes à leur environnement social en les mettant dans une posture valorisée de bénévole actif. Incidemment ce moment leur permet aussi de s'ouvrir, de prendre contact, de développer leur réseau social.


Les CAE-CUI sont des dispositifs de lutte contre l'exclusion sociale des personnes les plus éloignées de l'emploi. Ils s'appuient principalement sur les collectivités et les associations pour sa mise en œuvre. Remettre en cause ce dispositif c'est renvoyer à l'isolement social des milliers de personnes en grande difficulté qui, par les activités développées au sein des collectivités et des associations qui les emploient, retrouvent une surface sociale, acquièrent ou consolident des compétences concrètes, et se recréent une image positive d'elles-
mêmes. Loin de les supprimer, il est urgent de les repenser, en les enrichissant d'un accès à des formations beaucoup plus développées que ce que prévoit le dispositif actuel.
Les emplois associatifs et les postes FONJEP, sont une manière de soutenir les associations développant des activités d'intérêt général. Leur remise en cause doit être analysée au regard des dégâts que cela va engendrer sur tous les territoires où ces associations interviennent.
Mais où sont les dispositifs d'évaluation permettant de connaître précisément leur impact ?


Alors que la vie associative est fondée sur des projets, une éthique et une multitude d'autres valeurs liées à l'engagement, nous ne pouvons accepter que le recours au dispositif du Service Civique soit un moyen parmi d'autres à mobiliser pour remédier à la sous budgétisation du dispositif des contrats aidés pour l'année 2017.
Si l’objectif était de détourner notre jeunesse de l'engagement et de la vie associative, on ne s'y prendrait pas autrement. Funeste perspective, à l'évidence, dont il est nécessaire et encore temps de se détourner.

Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Messieurs les Hauts Commissaires, permettez-nous de vous dire que le RNMA n'est pas d'accord avec cette proposition car elle n'est pas conforme à nos valeurs ni à celles de nos membres. Nous refusons que les valeurs portées par le secteur associatif servent de prétexte à l'Etat pour ne reconnaitre aux associations, comme seule mission d'intérêt général, l'insertion.


Nous souhaitons qu’une réflexion de fonds s’engage dans les meilleurs délais sur le financement des missions d'intérêt général ainsi que sur la place et le rôle des associations dans notre société. Nous ne pouvons-nous satisfaire des mesures qui sont annoncées, réduisant les associations à des organisations d’insertion en occultant leurs spécificités. Les associations ne sont pas des entreprises comme les autres. Leurs spécificités doivent être identifiées, reconnues et valorisées dans la grande famille de l’Economie Sociale et Solidaire. L’ESS ne doit pas servir de couverture pour amener les associations vers le modèle de l’entreprise ou de l’entreprenariat social. La place de l’ESS dépend du regard que nous avons et que vous aurez sur la manière de créer de la richesse dans notre pays.


S'il y a des économies à faire, les pouvoirs publics ont tout intérêt à réfléchir avec les acteurs concernés sur l'impact de chacune des mesures envisagées. Ensemble nous devons faire preuve de notre capacité à innover et à travailler de manière plus efficace afin d’éviter une déstructuration du tissu social.


En qualité d'acteurs responsables nous sommes bien conscients des difficultés de notre pays, mais nous ne pouvons pas accepter des mesures ou des orientations qui sont pires que le mal. Aussi nous vous demandons une nouvelle fois, de rentrer en discussion avec les différentes têtes de réseaux associatives rassemblées autour du Mouvement Associatif pour que collectivement nous puissions réfléchir autrement et envisager des solutions qui participent réellement au développement de la vie associative dans notre pays tout en participant de son redressement. Il en va de son avenir, il en va du rôle et de la place que l'on souhaite donner à notre jeunesse aujourd'hui et demain dans l'économie sociale, et plus globalement dans notre société, il en va du dynamisme associatif mis en œuvre par plus de 16 millions de bénévoles.

Pour le Réseau National des Maisons des associations

Grégory AUTIER - Renaud DROUY - Jean-François GRILLET - Frédéric OLIVE

http://www.maisonsdesassociations.fr/

 

Par ailleurs, le RNMA a compilé et cartographié les différentes réactions et initiatives des acteurs associatifs, tant au plan national que territorial. Cette cartographie a pour but de rendre visible à tous les différentes initiatives qui ont pu nous être remontées et a vocation à devenir un outil collaboratif, afin que chacun puisse y intégrer de nouvelles réactions ou mobilisations. Prendre connaissance de la cartographie en ligne
 
Une collecte de situations associatives territoriales est également en cours afin d'identifier les conséquences de la suppression des contrats aidés dans les associations, de la suppression des réserves parlementaires, et des baisse des budgets affectés à la politique de la Ville.

Chryssa
Par Chryssa
mardi, 19 septembre 2017 11:57
47 vues